Voitures Hybrides


jeudi 01 mars 2007 à 12:59 by Danny Geraghty

dc04.jpg

Ça fait vingt ans que l’environnement a réussi ce niveau d’importance en Amérique du Nord. Nous avons pu constater qu’un nombre sans cesses grandissant de faits d’actualité porte sur le réchauffement de la planète. Il semble qu’il y ait plus de ces articles qu’il y a à peine quelques mois et je crois que c’est une bonne chose puisque la planète semble désormais attirer l’attention qui lui est due. Je me considère personnellement une personne consciencieuse envers l’environnement et je fais toujours l’effort de recycler ainsi que de consommer de façon responsable.

Les constructeurs automobiles lancent de plus en plus de modèles hybrides afin d’accommoder la demande de rouler vert. J’ai contacté un concessionnaire Toyota afin de m’informer sur la liste d’attente pour une Prius hybride. À ma grande surprise, le représentant m’a mentionné un délai d’environ une semaine. J’ai ensuite appelé un concessionnaire Honda afin de savoir le délai de livraison d’une Civic hybride. Encore une fois, à ma surprise, le délai n’était que de deux semaines.

Si ces points en sont des très positifs, pourquoi suis-je constamment frustré à la suite de lectures portant sur des véhicules hybrides? Alors que l’ère des véhicules hybrides est à nos portes, je dois poser une exception à cet argument.

Je suis présentement à la recherche d’un véhicule récent pour servir de voiture secondaire et j’adorerais me procurer un véhicule hybride. À la base, j’ai besoin d’un véhicule qui me servirait à me déplacer lors des différents événements auxquels participe MontrealRacing.com, incluant le matériel nécessaire lors de ces événements. Un VUS ou encore une familiale sont donc considérés, mais quelles options se présentent à moi ? Malheureusement, très peu. Au moment de l’écriture de cet article, une recherche sur l’Hebdo m’a permis de trouver un Lexus RX400h vendu pour $53000 et quelques Toyota Highlander Hybrides à un prix variant entre $35000 et $55000. Une très mince sélection, surtout que je n’ai jamais raffolé du Highlander ; modifions alors les critères de recherche. En fait, oublions les critères mentionnés et assumons que je souhaite me procurer un nouveau véhicule hybride sans pour autant me soucier du prix à l’achat. Quels sont mes choix ?

BMW? No. Volkswagen? Non plus. Mazda? Rien. Chrysler? Même chose. Nissan doivent bien offrir un véhicule hybride. Non. En fait, les seuls constructeurs automobiles qui offrent au moins un véhicule hybride dans leur salle de montre sont Honda (Civic Accord), Toyota/Lexus (Prius, Camry, Highlanger, GS450h, RX400h) et Ford (Escape).

Pourquoi pas GM qui offre le Saturn Vue Green Line ainsi que des camionnettes hybrides? Ces véhicules portent la classification hybride mais je ne peux pas, en toute tranquillité d’esprit, les appeler des véhicules hybrides. Ils sont plutôt mi-hybrides ou voudraient vraiment l’être. Leurs moteurs électriques ne sont pas en mesure de propulser le véhicule en vrai hybride. Ils ne servent qu’à arrêter le moteur lorsque vous n’appuyez pas sur l’accélérateur. Les émissions sont alors réduites parce que le moteur ne tourne pas lorsque vous ne sollicitez pas la pédale des gaz. De combien sont-elles réduites ? Le Silverado 4WD obtient 14.3/11.3 L/100km. La version non-hybride obtient quant à elle 17.0/13.1 L/100km. Vous avez bien lu, une économie de 2.7L/100km pour une conduite urbaine. Un résultant pathétique lorsque comparé à la compétition.

Le premier véhicule hybride introduit en territoire nord-américain fut la Honda Insight en 1999 (la production ayant été terminée l’an dernier). En toute impartialité, je me dois de mentionner que l’Insight est elle aussi une mi-hybride mais son moteur de 1 litre (1L) obtient la meilleur consommation d’essence, encore aujourd’hui. J’aurais pensé que d’autres manufacturiers auraient pu suivre le rythme mais ce ne fut pas le cas. GM attribue les délais à sa poursuite de recherches portant sur la technologie à l’hydrogène car ils croyaient les véhicules hybrides une simple étape vers les véhicules à l’hydrogène produisant zéro émission de carburant. Mercedes et Volkswagen offrent désormais des véhicules diesel plus efficaces en tant que réponse à la vague verte. Le processus est en fait très, très long. Je ne veux pas crier à la conspiration, mais je suspecte tout de même une influence de l’industrie du pétrole. Tant et aussi longtemps que du pétrole pourra être raffiné, je ne crois pas que nous verrons d’alternative viable qui deviendra majoritaire. Avec un peu de chance, on me prouvera le contraire.

Avec une sélection de seulement 8 modèles hybrides vendus pour plusieurs milliers de dollars de plus que leurs équivalents non hybrides, une personne ne peut se sentir coupable de ne pas en conduire un alors qu’ils se sentent pénalisés pour souhaiter rouler vert. Lorsque des véhicules hybrides seront vendus moins cher que des véhicules neufs et que le marché des véhicules d’occasion aura un inventaire pouvant répondre à la demande, je pourrai alors blâmer une personne ayant choisi le modèle à essence. Il faut blâmer les manufacturiers qui se traînent les pieds en ce qui concerne l’économie d’essence.

Dans un autre ordre d’idées, vous avez peut-être lu des rapports sur la consommation d’énergie du manoir du Tennessee de l’ancien vice-président Al Gore. La résidence de Gore dépense plus d’énergie en un mois que ce que peut dépenser la résidence d’une famille américaine moyenne en un an. Le rapport a été mis à la disposition du public à la suite de l’Oscar que Gore a reçu pour son documentaire sur le réchauffement de la planète, « An Inconvenient Truth ». Évidemment, la droite néo-conservatrice n’apprécie pas la hausse de popularité d’Al Gore. On peut logiquement déduire que plus une demeure est grande, plus elle consommera d’énergie. Pensez-vous que Gore (qui est passé à seulement 527 votes de devenir le leader des États-Unis) déménagera dans un condo de 150000$ ? Pas moi. Gore compense sa surconsommation grâce à des dons effectués à une compagnie qui investit dans des formes d’énergie alternatives.

Le « carbon footprint » de Gore est sans pertinence à moi. Les avantages de ses efforts de convaincre le monde du sérieux de la situation sont plus nombreux que n’importe quelles coupures à sa propre trace de carbone pourraient produire. Dans le fond, les changements nécessaires pour sauver l’environnement vont venir seulement des grande entreprises et non pas du consommateur individuel. Ceci ne signifie pas qu’il est inutile d’être respectueux vers l’environnement. L’utilisation de votre influence comme consommateur vert va forcer l’économie dans le bon sens mais le problème ne partira pas jusqu’à ce que notre économie est basée sur des industries non polluant.

Voir la discussion a propos de l’article

Comments

comments

Powered by Facebook Comments

Tags: , , , ,