DMCC: première ronde enlevante

Les amateurs de drift ont été servis lors de la première manche de la Série Castrol DMCC dans la division Est. Comme l’an passé, le premier chapitre du championnat canadien a eu lieu à l’Autodrome Montmagny dans la région de Québec. Par contre, la température était au rendez-vous et, une fois de plus, les amateurs de Québec ont été nombreux à se présenter aux portes des installations de Montmagny, sauf que cette fois-ci, il faisait beau et chaud, une température parfaite pour une bonne dose de caoutchouc brûlé, des belles voitures et un tas de concours. Bref, une belle manière de profiter de la fin de semaine du mois de juin. La division Est ayant une longueur d’avance sur l’ouest du pays en matière de talent brut des pilotes, il était certain que l’action serait au rendez-vous.

 

Une foule record

 

En plus de l’adrénaline sur la piste ovale, les amateurs pouvaient se rincer l’œil sur de belles voitures modifiées, des kiosques de commanditaires et, bien sûr, les mannequins officiels de la série. L’an passé, l’Autodrome de Montmagny a enregistré sa plus grosse assistance avec plus de 2500 spectateurs lors de l’une des deux manches de drift disputées dans la région de la capitale québécoise. Cette année, il aurait presque fallu des sièges supplémentaires tellement il y avait du monde à la messe. Plus de 4000 mordus du seul sport motorisé « de travers » se sont pointé le bout du nez pour la seule journée du dimanche, jour de compétition alors que plus de 700 personnes étaient au rendez-vous la veille pour les séances de pratique des différentes équipes de drift.

 

De nombreux prix

 

Pour la saison 2009, la nouvelle administration de la série de drift est en mode séduction et ça paraît. De nombreux concours avaient lieu pendant toute la fin de semaine et quelques chanceux(ses) sont repartis avec des prix fort intéressants tels qu’un radio Pioneer, des T-shirts à la pelletée, des kits du parfait fan de drift et même un jeune qui s’est procuré le pare-chocs avant de la voiture de Jean-François Chiasson lorsque celui-ci s’est détaché en piste.

 

Un niveau de compétition relevé

 

Bien que les plus fervents auront remarqué qu’il y avait quelques absents par rapport aux années passé au sein des pilotes, ceux qui étaient sur place ont offert tout un show. Il faut tout de même expliquer que plusieurs sont encore à terminer la préparation de leurs bolides respectifs. Même que quelques-uns ont du déclarer forfait à quelques heures du début des hostilités. L’équipe de drift BFGoodrich est probablement celle qui a été la plus touchée par des troubles mécaniques. Le moteur V8 de la Nissan 240SX de Claude Poirier a rendu l’âme, tandis qu’un autre huit-cylindres, celui de la Pontiac Solstice de Carl Nadeau, a sauté deux jours avant le début du weekend. Ce dernier a tout de même réussi à retrouver son ancienne caisse de la saison dernière, sauf que celle-ci était redevenue à l’état stock depuis, ce qui handicapait énormément le pilote.

 

Remercions les commanditaires

 

Un tel weekend ne serait absolument possible sans l’implication des commanditaires. Et malgré un climat de crise économique, ils ont tous répondu présents à l’appel. Mentionnons Castrol, les pneus BFGoodrich, les pneus Kumho, l’entreprise Onderground Design, la boisson énergisante NOS, les radios Pioneer, le Docteur du Pare-Brise, Selex Suspensions, XCHD.tv, Overdosed Performance, Lettrage Provan et les suspensions STD pour ne nommer que ceux-là. Sans les nommer, tous les pilotes, ou presque, peuvent aussi compter sur des partenaires si précieux à l’élaboration d’une saison de drift. On les remercie donc tous!

 

Tandems fûmants

 

Passons aux choses sérieuses, la drift à l’état pur. Même si – on ne le dira jamais assez – la crise du crédit affecte les sports motorisés et que le nombre de pilotes était quelque peu réduit pour cette manche, ceux qui étaient présents ont tous prouvé à quel point ils sont prêts à relever le niveau de compétition  d’un cran encore cette année. Terminé le temps des « spin-out » à répétition et des lignes un peu douteuses de certains pilotes. Ce n’était que la première manche de la saison dans l’Est et déjà, les duels s’annoncent sans merci. Les pilotes sont plus constants, plus rapides et leurs bolides sont définitivement plus monstrueux que par les années passées. D’ailleurs, cette année, les V8 rugiront en grand nombre. Pas moins de 5 voitures avaient des huit-cylindres sous leur capot respectif cette fin de semaine si on exclut les deux voitures de BFGoodrich qui n’ont pas pu prendre part à l’épreuve. Et cette nouvelle guerre à l’armement ne pénalise pas les autres qui ont tous travaillé sur leurs machines pendant la saison morte.

 

De Top 16 à Top 8

 

Les pilotes qui se sont retrouvé dans le Top 8 sont : Damien Bagley, Fred Girard, Ryan Lanteigne, Pat Cyr, Tania Bourbonnais et Dany « Babu » Bernier, Kevin Grenier et Matt Waldin ayant obtenu des laissez-passer automatiques lors des qualifications vu le manque de pilotes. Malheureusement pour l’équipe Tuners Icons, les deux coéquipiers de l’équipe se sont retrouvé en face-à-face lors du Top 8 à l’avantage de Waldin. Fred Girard a triomphé de Ryan Lanteigne, tandis que Pat Cyr et Kevin Grenier ont donné tout un show, mais c’est Pat Cyr qui l’a emporté. À cause d’un « spin-out », Babu a du s’avouer vaincu face à Tania Bourbonnais, trop constante ce weekend.

 

Top 4 et première finale de l’année

 

On se retrouvait donc avec un duel Matt Waldin / Fred Girard et c’est l’Américain qui s’est sauvé avec les honneurs après un « One More Time ». L’autre bataille opposait la petite Toyota de Pat Cyr au monstre de Tania et c’est l’Ontarien qui a accédé à la finale. Sur la quatrième marche du podium, Fred Girard prouve qu’il est encore un prétendant au titre cette année, tandis que Tania Bourbonnais démontre qu’elle s’est pratiquée pendant les derniers mois. Enfin, le pauvre Matt Waldin a explosé son moteur en piste et il a perdu la maîtrise de son bolide pour se retrouver dans le mur de sécurité lors du tandem face à Pat Cyr. Il termine donc deuxième avec une voiture pas mal amochée. Pat Cyr aurait sûrement préféré remporté sa première compétition à la dure, mais bon, ce sera pour la prochaine fois. On se donne donc rendez-vous à St-Eustache les 27 et 28 juin prochain pour une autre dose de fumée!

 

Pour voir les photos de la première ronde, cliquez ici.

 

 

Comments

comments