DMCC : troisième ronde trempée!

Il s’est déjà écoulé près d’un mois depuis la deuxième manche du Championnat Castrol DMCC 2009 division Est. Malheureusement, le mauvais temps a été l’élément marquant de ce weekend de drift professionnelle. Les pilotes de la division Pro-Am (semi-pro) ont tout de même pu disputer leur deuxième manche sur de l’asphalte sèche la journée du samedi 25 juillet, mais les pilotes professionnels qui avaient pratiqué sur le même parcours le samedi ont du se contenter d’une piste détrempée tout au long de la journée du dimanche 26 juillet. En plus, il faisait un froid de canard pour une journée du mois de juillet. Le circuit Riverside Speedway de Sainte-Croix dans la grande région de Québec a été l’hôte de cette troisième manche âprement disputée.

 

Des conditions difficiles

 

La météo s’est finalement abattue sur les organisateurs du Castrol DMCC 2009, mais aussi sur les spectateurs et, bien évidemment, les pilotes qui devaient composer avec de nombreuses flaques d’eau et une piste difficile à maîtriser avec son changement de vitesse au milieu. De plus, les ajustements sur les voitures de la série la veille n’avaient plus aucun sens en cette journée glaciale. Les mécaniciens ont eux aussi connu une dure journée.

 

Pro-Am : un gars de la place remporte l’épreuve

 

Les pilotes semi-professionnels ont répondu à l’appel en présentant des performances au-delà des attentes et plus la compétition avançait, plus celle-ci devenait serrée. C’est finalement Éric Paradis, un petit gars du village voisin, Laurier-Station, au volant de sa Nissan 240SX décapotable et un moteur V8 de Corvette qui a remporté l’épreuve. Ce dernier a fait l’unanimité parmi les 1500 fans réunis dans les gradins. Il a fait mieux que Jonathan Thiffault, au volant de sa Toyota Corolla avec moteur Nissan SR20DET. Ce dernier a par contre démontré de belles prouesses avec sa petite voiture japonaise. Sur la troisième marche du podium, c’est Maxime Desnoyers, pilotant une autre Nissan 240SX. Les juges de la série professionnelle n’ont cependant pas invité ces 3 récipiendaires à prendre part à l’épreuve du lendemain compte tenu de la vitesse du parcours et surtout, de la température qui s’annonçait. Ce sera pour une autre fois!

 

Le lendemain matin, le ciel était gris et il pleuvait fort sur les installations de Sainte-Croix. Contrairement à la deuxième ronde, le soleil n’est jamais apparu. Il faut tout de même remercier les fans de drift de la région de Québec qui se sont déplacé en grand nombre malgré le temps peu favorable. Disons seulement que les parapluies étaient de mises pour cette journée. En plus, la dose de fumée auxquels sont habitués les amateurs du sport n’a tout simplement pas eu lieu, à cause de l’eau sur la piste.

 

Des prix de présence pour la foule

 

Même si la foule était moins nombreuse, le nombre de prix décernés n’a pas vraiment diminué. Plusieurs tirages ont eu lieu et ce sont les quelques courageux qui étaient dans la foule qui en ont bénéficié. Encore une fois, un gagnant est repartit avec un radio CD/DVD Pioneer lors de la remise des trophées et on ne parlera pas des dizaines de T-shirts, de porte-clés et d’affiches autographiées par les pilotes eux-mêmes qui ont été distribués.

 

Un tracé pour le moins exigeant

 

Ce n’était pas la première fois qu’une manche de drift avait lieu sur le circuit de Sainte-Croix. Sauf que cette fois-ci, les officiels de la série ont changé la donne. Partant dans le sens horaire, les pilotes devaient d’abord emprunté une longue courbe inclinée à haute vitesse puis s’amener dans la ligne droite en faisant déraper la voiture de gauche à droite. Au centre de la piste, un « beigne » avait été placé pour que les pilotes dérapent en cercle à basse vitesse. Enfin, le restant du parcours s’effectuait en dérapant. Les pilotes se sont finalement amélioré plus la journée avançait. Malgré la pluie, le spectacle a tout de même été au rendez-vous. 

 

Pat Cyr détrôné

 

Tout le monde se demandait si l’Ontarien Pat Cyr allait répéter son exploit des 2 premières manches. Malheureusement non puisqu’il a terminé au cinquième rang. C’est plutôt celui qui le talonne depuis le début de la saison qui s’est sauvé avec la victoire. Matt Waldin a été constant tout au long de la fin de semaine au volant de sa Nissan 350Z Nismo aux couleurs de Tuner Icons. C’est Fred Girard de l’équipe Kumho Drift qui a offert toute une performance avec sa Nissan Skyline R32 après qu’il eut percuté le mur de sécurité – en béton par-dessus le marché – de plein fouet lors de la dernière séance de pratique. Son équipe de mécaniciens, fidèle à l’habitude, a réalisé l’impossible en réparant la voiture in extremis. Malgré la tuyauterie pour le refroidisseur placée devant une partie de son champ de vision, le double-champion des deux dernières saisons est monté sur le podium pour la première fois cette année. Puis, c’est un non-habitué du podium qui a mérité la troisième place. Claude Poirier de BFGoodrich Drift, a présenté une meilleure prestation que Damien Bagley, le coéquipier de Matt Waldin dans le dernier tandem de la journée. Poirier, le doyen des pilotes de drift a démontré ses habiletés au volant de la Nissan 240SX à moteur V8 de Corvette. La compétition a été rapidement disputée à cause du très petit nombre de « One More Time » demandé par les juges.

 

La prochaine manche a lieu au Downsview Park à Toronto, les 15 et 16 août prochains. Soyez-y!

 

Pour plus d’informations, consultez le www.dmccdrift.com

 

Pour les photos de la troisième ronde, cliquez ici.

Comments

comments