Projet EVO : le choix des pneus

Lorsqu’il est question d’adhérence sur la route, les pneus deviennent une des composantes  les plus importantes pour une voiture. Les pneus de la Lancer Evolution GSR 1993 étaient potables et auraient facilement pu être reconduit pour une autre saison. Le seul hic, c’est qu’ils n’étaient pas jugés acceptables pour les autorités de ce pays. Tout cela, à cause d’un petit logo « DOT » sur le flanc des pneus. En effet, bien que les pneus installés sur ma voiture lors de son arrivée au pays soient encore en vente en ce moment au pays, le petit DOT était essentiel à la légalité de la voiture sur la route. Il a donc fallu que je me mette à la recherche d’un nouvel ensemble de pneumatiques. Et tant qu’à partir du bon pied, j’ai donc décider d’opter pour un diamètre supplémentaire au niveau des jantes et des pneus – les jantes feront l’objet d’un reportage suivant – bien entendu.

Le choix

Étant donné la puissance de la Mitsubishi et, il faut tout de même le mentionner, le contrôle un peu moins rassurant de cette vieille voiture, un des points à améliorer était assurément d’augmenter la traction et l’adhérence. Après tout, la voiture était équipée de pneus d’une grandeur de 195/55R15 lors de sa sortie d’usine. En consultant plusieurs spécialistes et les gens de BFGoodrich Tires Canada, j’ai donc décidé d’opter pour des pneumatiques plus larges et plus grandes. Le choix final, des g-Force T/A KDW de BFGoodrich d’une grandeur de 205/50R16, s’est avéré plutôt étonnant.

Plus performants, point à la ligne.

Non seulement, leur architecture plus plate permet de mieux sentir les imperfections de la route, mais leur adhérence de beaucoup supérieure aux pneus de performance installés au Japon rend la voiture beaucoup plus stable à haute vitesse. La meilleure amélioration est ressentie lors des courbes serrées par contre. D’ailleurs, sur la route, je n’ai pas encore entendu un seul crissement provenant des pneus, signe que la caoutchouc a été pensé avant tout pour coller à la route. Évidemment, les pneus qui sont aussi utilisés par les pilotes de l’équipe de drift BFGoodrich ne sont pas le genre de pneus qui vont durer 100000 km comme ceux que l’ont installe sur les voitures hybrides de nos jours. Par contre, je ne connais personne qui oserait prendre une courbe à haute vitesse avec les pneus d’origine à faible coefficient de friction des Toyota Prius ou Honda Insight de ce monde. Après près de trois mois d’utilisation de ces nouveaux pneus sur ma nouvelle JDM, je peux vous garantir que cet ajout sur ma liste de modifications obligatoires s’est avéré un des meilleurs depuis que je m’intéresse aux voitures.Ils en valaient la chandelle.

Pour plus d’informations, consultez le www.bfgoodrich.ca

[set_id=72157622020718267]

Comments

comments