Virage à droite au feu rouge à Montréal: est-ce une bonne solution?

Selon un communiqué de presse publié ce matin, 15 villes liées à Montréal demandent à Québec d’autoriser le virage à droite au feu rouge dans la métropole. Ce communiqué cite un sondage d’opinion réalisé par la firme CROP le mois dernier auprès de 1000 répondants sur l’île de Montréal selon lequel trois personnes sur quatre sont favorables à l’implantation de cette mesure.

Les résultats du sondage ne sont guère surprenants. Il n’y a rien de plus fâcheux qu’être obligé d’attendre à un feu rouge pour tourner à droite quand le reste de la province le fait déjà, depuis 13 ans.

Mais est-ce que la mesure pourrait entraîner des accidents comme des collisions entre automobilistes et piétons dans les artères bondées de la métropole?

Selon les maires qui représentent le groupe de villes, les mœurs ont évolué au cours des 40 dernières années au Québec et que le bilan routier s’améliore constamment, et virages à droite au feu rouge sont responsables de 1 % des décès sur les routes du Québec.

« L’île de Montréal est la seule région au Canada et aux États-Unis, avec la Ville de New York, où le virage à droite au feu rouge est interdit. La manœuvre est permise partout au Québec depuis 13 ans et les statistiques du ministère des Transports prouvent que le comportement des Québécoises et Québécois est identique à celui des automobilistes de partout ailleurs au Canada et aux États-Unis pour le VDFR. Nos citoyennes et nos citoyens nous demandent que la mesure soit permise sur l’île de Montréal », expliquent les maires, dans le communiqué

Selon vous, est-ce le temps d’autoriser le virage à droite au feu rouge, ou Montréal n’est simplement pas prête?

 

Comments

comments