Drift 2009: changement de trajectoire

Coup de théâtre au Championnat national de drift DMCC! C’est à la première conférence de presse de la saison 2009 le 21 mars dernier que le co-fondateur de cette série nationale depuis 2004, Alexandre Crépault, a remis les armes à Éric Belec, celui qui est derrière le championnat de drift amateur Driftthing Nights. Alex Crépault cède donc ses parts dans la compagnie Promotion Driftmania Inc. au nouveau directeur de la série pancanadienne. D’ailleurs, le directeur sortant s’est même engagé à demeurer dans l’entourage de la série en tant que consultant externe pour faciliter la transition. Éric Bélec, le nouveau venu, n’en est pas à ses premières heures en tant que promoteur d’évènements de drift. Son expérience acquise au cours des années avec ses nombreuses soirées Driftthing Nights faisait de lui un excellent candidat. De plus, ce dernier est impliqué dans le milieu du tuning québécois depuis de nombreuses années avec la boutique OnderGround-Design spécialisée dans les ensembles aérodynamiques en tout genre. Éric est aussi conscient des challenges qui l’attendent. Le personnel de DMCC déjà en place demeurera en poste, en plus de voir quelques nouveaux visages arriver dans l’équipe.

 

Crise économique oblige

 

Avec le climat économique actuel, toutes les séries professionnelles de courses sont menacées. Beaucoup de commanditaires sont frileux et même quelques pilotes ont abandonné l’aventure, faute de moyens. Si l’an passé, la saison 2008 a été une des plus belles saisons au niveau des ventes de billets grâce à un produit qui ne cesse de grandir en popularité au pays, mais aussi à cause de la loyauté des partisans et du beau temps, cette année sera d’autant plus difficile pour attirer les supporters aux différents circuits. Éric Bélec a tenu à préciser qu’un de ses plus grands défis était de faire bouger les commanditaires et les manufacturiers afin de les ramener au sein de DMCC en 2010. Doit-on rappeler que plusieurs commanditaires majeurs ont réduit leurs budgets de moitié pour 2009 et que plusieurs d’entre eux se sont tout simplement retiré pour cette saison? Sans nommer de noms à ce stade-ci de la saison, vous les reconnaîtrez sûrement une fois que les hostilités auront repris. Enfin, Éric a aussi tenu à dire qu’il donnait deux ans aux pilotes de l’ouest canadien pour qu’ils rejoignent ceux de l’est en termes de performance.

 

Une fusion bénéfique

 

La crise aura au moins eu un effet bénéfique sur le développement de la drift au Canada. Même si les deux entreprises – Promotion Driftmania Inc. et Driftthing Nights – fusionnent, il ne faut pas oublier que les deux groupes se faisaient compétition malgré tout par les années passées. En intégrant le volet professionnel avec le volet amateur, le sport a non seulement une meilleure chance de survie dans cet environnement économique hostile, mais il assure du même coup le renouvellement des futurs pilotes aspirants.

 

Les nouveautés 2009

 

Bien entendu, il va y avoir une pelletée de nouveaux pilotes tant au niveau professionnel qu’au niveau amateur cette année, mais du côté de l’organisation, à quoi peut-on s’attendre?

 

Le plus gros changement du côté professionnel est que le championnat devient véritablement une affaire d’un océan à l’autre. Dans l’est, il y aura 5 événements sur quatre complexes (St-Eustache, Ste-Croix, Montmagny et Downsview Park à Toronto). Dans l’ouest, il y aura quatre événements, mais les pistes n’ont pas encore été officialisées (vraisemblablement Edmonton, Victoria et Calgary, ça reste à confirmer). Il y aura un champion pour l’ouest et un autre pour l’est. Les bourses remises à chaque journée de compétition augmentent considérablement, le premier prix étant de 2000$, le deuxième de 1000$ et la troisième marche se méritant 750$. Cette saison marquera aussi l’entrée en vigueur des mêmes règles que la série professionnelle américaine, FormulaD, sur toute la ligne. Au niveau du jugement, ce sera encore trois juges américains qui s’occuperont de noter les prouesses des pilotes locaux, soit

Andy Yen, Stephan Verdier et Mickey Andrade. Les organisateurs du DMCC veulent voir des vitesses d’entrée en virage plus élevées et des tandems plus serrés. Ça promet du côté de l’action!

 

Au niveau Pro-Am, 4 événements sont prévus, mais les dates et les endroits n’ont pas encore été annoncés. Cette division semi-pro réunira les pilotes amateurs des années antérieures, à la différence qu’ils seront maintenant opposés en tandem. Une excellente manière de les apprivoiser à l’adrénaline des pros!

 

Enfin, du côté amateur, 17 soirées Driftthing Nights sont planifiées. Les détails suivront un peu plus tard. D’ailleurs, au sujet de ces soirées orientées vers les pratiques, Éric Bélec a même ajouté qu’il y aurait des séances de formation gratuite sur les dessous de la drift pendant ces soirées. Bref, pour ceux que ça intéresse, vous n’avez qu’à vous présenter et vous pourrez apprendre un truc qui concerne le seul sport motorisé « de travers » au monde.

 

Conclusion : ça sent déjà le coutchouc brûlé

 

Même s’il y avait encore des traces de l’hiver lors de la conférence de presse, on pouvait sentir dans la salle l’enthousiaste des quelques pilotes présents. Et vu que le printemps est officiellement arrivé, il est grandement temps de revoir les bolides de drift s’élancer de travers sur nos différentes pistes. Au niveau pro, DMCC estime obtenir une quarantaine de pilotes autant dans l’ouest que dans l’est. En fait, ils estiment qu’au pays, en ce moment, il y aurait au bas mot quelques 200 pilotes de drift, amateurs et pros confondus.

 

Pour plus d’informations, consultez le www.dmccdrift.com ou le www.driftthing.com

 

[set_id=72157615720185973]

 

 

Comments

comments